Les fleurs

 

Les fleurs que tu m’as offerte sont entrain de se fané,

J’étais trop occupé à ramer pour ma vie

J’étais trop occupé à revé de ma vie

J’étais trop occupé pour m’en soucier

et les voilà décrépites sur mon bureau

entrain de me faire la gueule et de me supplier

de ne pas nous laisser nous fané

de ne pas oublier de ramer

pour que nous; on puisse toujours rêver

 

ça c’est sûr on est pas dans disney,

t’en mieux j’aime pas les mecs en collants

mais je doit t’avouer je crois toujours au prince charmant

Suis-je la princesse ou la méchante qu’on va venir tuer?

 

qu’est ce qu’il ne tourne pas rond chez moi ?

je me cache derrière mon passé comme pour excuser ma stupidité

je ne voit que tes défauts dès que je suis fâchée

pourtant la nuit, je rêve de ta voix

 

Alors oui, tu refuses de danser, et le gens te font chier

Tu est de mauvaise foi, et tu ne crois pas en toi

ton esprit c’est refermé au file des années

pour toi faire la fêtes se résume à des bières et un bon pc ,

tu n’aime pas, tants de choses, qui moi, me font vibrer

 

Mais … mais quoi ?

Mais tu me fait rire aux éclats

et tu allumes des lumières que je ne connaissais pas

Notre histoire à nous on s’y attendait pas

Et notre vie sera le plus beau des imprevu

le plus beau paradoxe que le monde est connu

Tant qu’on est deux on se battra

laisse moi m’accrocher à ton bras

et te tirer de force s’il le faut

sur la piste de danse, et nous prouver que c’est beau

que mon amour n’est que pour toi

et que les obstacle ne sont qu’une blague ...





 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Hébergé par Overblog